valoriser les bactéries rhizosphériques stimulatrices de la croissance des plantes afin de maintenir les rendements du blé

Démarré en 2014 pour une durée de 3,5 ans, le projet BacterBlé est financé par l’ANR. Il a pour objet d’étudier les effets phytobénéfiques des rhizobactéries pour l’adaptation du blé à la limitation en azote et au stress hydrique. Les compétences des trois partenaires de renommée internationale impliqués dans ce projet (UMR Ecologie Microbienne, UMR GDEC et Biogemma) et les ressources génétiques et génomiques disponibles pour le blé permettront d’obtenir de nouvelles connaissances sur le fonctionnement des interactions plante-PGPR, et de développer une nouvelle stratégie de sélection variétale reposant sur la prise en compte de l’importance des PGPR pour faciliter la diminution des intrants.

Les objectifs

Les objectifs de ce projet sont multiples :

  • cribler un large panel de la diversité de blé sur la base de l'induction de l'expression de gènes clef dans les souches PGPR emblématiques,
  • déterminer les régions chromosomiques du blé impliquées dans les interactions avec ces PGPR,
  • évaluer l’utilité des interactions avec les PGPR lors de contraintes multiples (azote limitant, sécheresse) en essais agronomiques multi locaux.Le projet facilitera la sélection de variétés de blé interagissant efficacement avec les PGPR en fournissant des marqueurs moléculaires liés aux régions chromosomiques associées à cette interaction.
La démarche

Le projet comprend trois tâches :

  • identifier les génotypes de blé déclenchant l'expression de gènes clés chez les PGPR.
  • identifier les régions génomiques du blé impliquées dans l'interaction avec les PGPR
  • comparer, au champ, des lignées de blé de capacités contrastées à interagir avec les PGPR.
Durée
3,5 ans
Budget
NC
Financement
Agence Nationale de la Recherche