DYSFIBRE

Fibres
Le contexte

Parmi les infections entériques, les diarrhées dites « du voyageur » ont un impact socio-économique mondial majeur, avec plus de 200 millions d’épisodes diarrhéiques par an. Les Escherichia coli entérotoxinogènes ou ETEC sont les principaux agents pathogènes impliqués dans ces infections. Le traitement des diarrhées reste essentiellement symptomatique avec un recours fréquent à l’usage d’antibiotiques. Devant l’ampleur des phénomènes d’antibiorésistance au niveau mondial et leur impact négatif sur la santé de l’Homme, il est devenu primordial de trouver de nouvelles stratégies préventives pour lutter contre ces infections. Des travaux récents suggèrent que l’utilisation de fibres alimentaires pourrait être une piste prometteuse à explorer. En effet, il a été montré en modèle animal qu’un régime pauvre en fibres conduit à l’érosion de la barrière de mucus qui recouvre l’épithélium intestinal et à une susceptibilité accrue à des pathogènes entériques.

Les objectifs

L’objectif du projet DYSFIBRE est double :

  • Mieux comprendre le rôle du mucus et de son microbiote associé (microbiote mucosal) dans la physiopathologie des infections à ETEC
  • Evaluer le potentiel anti-infectieux de fibres issues de céréales ou de légumineuses.

Cette étude fera l’objet d’un travail de thèse sur 3 ans.

Il sera tout d’abord réalisé, à l’aide de tests in vitro simples, une étape de pré-screening sur 8 fibres d’intérêt de natures différentes (céréales ou légumineuses), fournies par les 4 partenaires industriels. Les 2 fibres les plus prometteuses seront ainsi testées dans les systèmes in vitro et sur des modèles cellulaires afin d’évaluer leur potentiel anti-infectieux, notamment leur capacité à (i) limiter la colonisation du pathogène et inhiber sa virulence, (ii) corriger des déséquilibres ou « dysbiose » du microbiote intestinal associés à l’infection bactérienne (iii), inhiber l’adhésion du pathogène aux cellules intestinales et (iv) préserver l’intégrité de la couche de mucus.

Financement
Pack Ambition Recherche - Région Auvergne-Rhône-Alpes
Université Clermont Auvergne